Pro goals 2021

Happy new year! All my wishes of luck and happiness in a, let’s hope, Covid-free world for 2021 ♡. May your personal and professional projects be great and your learnings even greater.

2020 was a bummer, in a way.
What was the major drawback of Covid-19 to you?
To me, it was the constant uncertainty about the plans we were making.

2020 = Dream > Plan > Cancel > Repeat.

It was also the first year we all had SO MUCH TIME at home.
I gather that many of us haven’t enjoyed these lockdowns. Being cut from the outside world, has, indeed, put us in a very particular mood. Not all for the worse either, it also let new room for experimentation.
And various clans emerged… Which one was yours?
– The MyFirstTikTok Clan ;
– The YogaMeditation Clan ;
– The HandStand Clan (yes, I joined this fun one…);
– The NowICookMyOwnStuff Clan ;
– The Netflix&Chill Clan ; …

Me first days after 1st lockdown, in the Basque Country.

In our professional life, lockdowns brought an unusual sauce as well.
– Different energies, creativity flow and focus coming from homeoffice ;
– Time for an extended morning or evening routine ;
– Exploration or raise of expertise through online training ;
– Some of us tripled down their effort at work to survive the crisis, learning a lot!
– The virus also reminded that behind every professional there are families and their own challenges to overcome, letting a form of solidarity and goodwill emerge.

In this context, as an annual ritual, I’ll share with you my experience of the past year and a few of my 2021 goals.

1. Product Management

« FestView, WookyHome, Kraze, Appaloosa.io: I hope that these products will reach their targets in 2020. My goal is to continue working on 3 to 5 running projects, focusing on industries that I love. » > Achieved ✅

FestView 👨🏻‍🎤

Covid-19 imposed a tough year to the live music industry. But we’ve seen many on-line services and experiences flourish.
And in this trend, what a take-off for FestView this last year! The mission was to take the app from Bêta to V1 with confidence… And as I’m writing we’re a few days away from the official V1 release.
We gained strong confidence thanks to very positive data:
⤴ contributor users went from 50 to 1200 in 3 months (+2400%)
⤴ artist pages they created went from 80 to 7500 in 6 months
(+9400%)
⤴ users spent 03 min 50 sec on the encyclopedia in average during the last quarter

This initial core community of music lovers is passionate and strongly committed. Now we have to work hard not to deceive them.
🎯 2021 challenges we are to take up to maintain this exciting pace:
Grow a team of 15 music addicts. For now we’re 7. Want to join the band? -> See our job offers.
Grow sustainably our content and community for the sake of reliable music encyclopedia.
Deliver as much as possible of the amazing improvements our users ask for.

📱150

It’s a new project, deeply questioning the relevance of current social tools to enhance our social life.
If you feel like you’re losing time on Instagram or Facebook, please be our guest and have a look at these:
Website
Survey
🎯 For 150, this year’s targets are :
– Continue grooming theoretical and practical insights on human social life
– Gather people interested into finding a solution to the problem
– Build a prototype of this solution

WookyHome 🏡

Amazing progress on our journey here too. To a given extent, I could say even more with the virus. 30% of french people now want to extend their remote working practice.
The traditional office is today more questionable than ever. It’s a good context for us. Here are the updates on WookyHome:
– 🦾 First… the platform is up! Go and share it to the world 🌍 -> wooky.app.
To give birth to it, I took this web development bootcamp during the 2020 spring Covid-lockdown. For many reasons it was one of the best choices of the year.
– 👍🏻 First users were showing up and tests were promising… before the winter Covid-lockdown struck! That was really encouraging and pushed us to work harder for 2021, when the dust settles down.
– 🏡 We raised our database from 10 to 200 places. And we’re currently selecting a lot more.
🎯 Hopefully 2021 will be a kick-off year for WookyHome:
– Level up to 1000 homes. Want to rent your place? -> Click here.
– Get a handful of satisfied companies
– Fully automise the booking flow
Grow a first little team to grow the product and the business

🔬 Micro-Scope

At a point this year, I needed help to cope with the increasing workload on the different products. I shared these challenges with a student who’s willing to learn about Product Management. And along the road, I learned a few things:
– sharing the work drives towards simplification/clarification and is great source of learning. Both for tools and methods
customer-facing discussions and product curiosity are key components of PM job, at every level
– even with relatively stable roadmaps, collaborating with someone on a set of product tasks required a lot more sync that I’d imagine. They vary a lot a week from another.
It was exciting and promising, so I thought about engaging with the creation of a smallish PM agency. But for now I find myself more interested into skill-sharing and product management, than into the development of a consultancy business.

For these exciting Product adventures, special thanks and kudos to Alexandre Pujol, Arthur Grunheid, Brian Keravec, Hugo Sanchez, Jean-Philippe Keravec, Laurent Douville, Léa Seica, Michael Ellert, Michael Souphith, and Steven Keravec.

2. Blogging

« I will write 2 times more articles next year. […] I will also increase small publications […] around music-tech news. » > Partly achieved 🟠

About the articles: I did began a Product Management Saga. It follows the adventures of an early stage music product – FestView – until it hopefully grows as far as it can. The goal is to analyse and exhibit real product management insights. Straight from the field, with full transparency.
The experience of writing was a thrill! I’m very happy with the 3 first episodes that received very positive feedback. And I still very strongly recommend anyone to get to write about what they’re passionate about. Both for structuring existing ideas and discovering even more in the process.

I faced two issues, though, that prevented me getting further on this saga and that I’d like to share with you:
#1 – I didn’t consider the writing as a priority.
I was telling myself « I got to write on that, but I’ll do it later, now I got work to do. » The ever increasing workload related to FestView itself would always win the battle of prioritisation.
#2 – I lacked confidence in the value of the content.
It was my first year as freelance PM. A bit isolated, I wasn’t always confident about my learnings, and I felt like I had more questions than answers to share.

In the process, I was motivated by the traffic coming in, doubling from the year before. The saga seemed to meet its readers.

🎯 In 2021, I will double down on my effort on this Product Management Saga, get it back on track and, more generally, double down my effort on the product management writing. Here are a few fixes to the issues mentioned above:
#1.1 -> Every Wednesday morning is now locked, free of any meeting and fully dedicated to inspiration and writing.
#1.2 -> To prevent me being afraid by an enormous article to write, I will release more little content, more frequently.
#1.3 -> I will co-write articles with my peers and other professionals of the industry. The more, the merrier! A few topics are already on track…
#2 -> I’ll allow myself to publish answerless content. Sharing context and questions should still bring more than sharing nothing at all.

Special thanks to Remi Guyot here, who reminded me how powerful a long-term practice of writing is profitable for the mind.

Now about the small music-tech industry news. I did launch this Instagram account and published a few stories and posts.
Conclusions: the publication process brought very little added value compared to the attention it required. Even with a bit automation.
This year you’ll find me more active on:
My Twitter account – for PM and music industry content
Product Manager France 🇫🇷 (Facebook group) – as admin, exploring ways of having fun and learn with french PM community

3. Design

« Plan for 2020 is to work a little more on design missions. » > Achieved ✅

All the design efforts were put into FestView and WookyHome. Hope you’ll like.

4. Remote working

« Spread the word and the best practices/tips of remote working around me + Continue working from the places that I love around the world » > Achieved but…✅

Remote working was… weird this year! It seemed to be both mandatory and impossible.
Mandatory, because we just simply couldn’t reach the office.
Impossible, because there was just one place we could use: our own living room.

Most of the time, travelling wasn’t allowed within our own countries ; and even less in-between different countries.
As some professionals I enjoyed greener part of France during the 1st lockdown (Biarritz🇫🇷), and the rest of the year was a split in-between Paris 🇫🇷 and Rome 🇮🇹. A few last days in the Alpes were a glow.

The Traditional Annual Startuper Picture

🌳 This year, a little innovation though: I’m planting trees to catch back the extra CO2 emitted by my flights. Which is a lot!
3.1 tons of CO2 for me in 2020 to be accurate.
A tree absorbs 150 kg CO2 in 30 years, in average.
For 2020 I’ve committed to plant 36 trees, which should absorb almost 2 times the 3.1t CO2 I’ve emitted by then. Plus, these trees are frenchies 🇫🇷

May 2021 bring you amazing ideas and opportunities to work form the places you love 🥰

Special thanks to you Gabi, for making this life possible and amazing.

#2 – 🕵🏻‍♂️ Définir et tester le parcours clé de Festview

[Ce billet est le 2ème volet de la Saga Festview – Mettre en ligne un Wikipédia de la musique]

Dans l’épisode précédent, 1. Consolider la vision de Festview , on a vu que :

  1. Lors d’une session exploratoire de navigation, je n’avais pas réussi à comprendre le projet global de Festview car jusqu’à ce jour, il n’avait été présent que dans l’esprit du fondateur
  2. Que les business qui écrivent et diffusent leur vision ont de meilleures chances de réussite ; d’autant plus lorsqu’ils portent attention aux 6 paramètres majeurs d’une vision efficace
  3. Un atelier de 2h nous a permis de rédiger une plateforme de marque, contenant la vision, et de la publier sur le site
  4. Cette démarche avait créé un gain de confiance, de motivation, d’alignement ; ainsi que de nouvelles idées fortes pour Festview

Dans cet opus, je vais parler de l’urgence numéro 1 qui, à mon sens, doit préoccuper un Product Manager lorsqu’il prend un nouveau produit en main : identifier son parcours clé. C’est-à-dire l’expérience utilisateur qui porte la promesse du projet avec le plus de puissance. Je vais raconter comment, pour Festview, nous avons imaginé ce parcours clé, puis comment nous avons mené une grande phase de tests d’utilisateurs pour mesurer l’efficacité de ce parcours.

Le parcours clé 🎵

Après avoir clarifié le positionnement de Festview avec une vision bien rédigée et publiée, il fallait désormais proposer l’expérience adéquate aux utilisateurs.

Nous rêvions notamment de compléter le parcours de l’époque avec une brique supplémentaires : donner des récompenses aux utilisateurs qui gagnent des points grâce à leurs contributions.

Cette fonctionnalité n’était pas encore présente sur le site ; il fallait l’implémenter. Et cela allait prendre du temps à construire…

  • Permettre aux administrateurs de créer des récompenses – 1 semaine
  • Permettre aux utilisateurs de consulter, trier et filtrer des récompenses – 2 semaines
  • Permettre aux utilisateurs de consulter, liker et partager le détail d’une récompense – 2 semaines
  • Permettre aux utilisateurs d’obtenir leur récompense contre leurs points – 1 semaine
  • Livrer la récompense aux utilisateurs – 1 semaine
  • Trouver des partenaires business intéressés pour faire leur promotion à travers des récompenses – 3 semaines

Pour une expérience utilisateur complète et bien faite, ce chantier représente à lui seul une charge de travail de plusieurs mois. Or nous n’avions pas ce temps là.

Story mapping : se concentrer sur l’essentiel 🎵

Nous avons donc retravaillé ensemble la feature de « Récompenses » à l’aide d’un Story Mapping. A mon sens, c’est le meilleur outil dans ces cas là : il permet d’identifier ce qui est vraiment nécessaire pour que la feature fonctionne, versus tout ce qui est superflu. Le but est de garder l’essentiel, et de remettre à plus tard tout le reste.

L’exécution s’est traduite par un atelier de 2 heures :

  1. Introduction au Story Mapping, avec l’exemple de la routine matinale*. Super simple et efficace : en 20min nous étions parfaitement alignés sur la méthodologie
  2. Listing des grandes fonctionnalité et des sous-fonctionnalités du parcours
  3. Réduction du parcours aux fonctionnalités et sous-fonctionnalités indispensables

*Je publierai prochainement un contenu à propos de cet atelier « Routine Matinale », car je n’ai pas trouvé de ressources solides dessus. C’est un atelier bien connu qui consiste (1) à imaginer collectivement une routine matinale parfaite. Câlin dans le lit, café, tartines, journal, salle de bain, choix des vêtements,… (2) puis à la dégrader sous la pression d’une panne de réveil. Il en ressort « un parcours minimal » qui ressemble souvent à « je m’habille, je brosse mes dents et je file ».

Voilà le résultat de notre travail ce jour là :

Impliquez l’équipe 🎵

Construisez-vous les story maps de vos projets de fonctionnalités directement avec votre équipe de développement ?

Je pense qu’il le faut. Peut-être pas pour faire la décomposition de Tous les projets de features qui entrent dans le backlog. Mais au moins pour les features majeures ; celles qui mélangent du back-end, du front-end, du design,… Grâce à cet exercice, les priorités sont bien comprises par tout le monde. L’équipe – ici, l’unique développeur de la boite – peut se mettre au travail immédiatement en sachant exactement pourquoi elle développe chacune des briques de la fonctionnalité. En un mot :

Construire la story map d’une feature avec son équipe, c’est la promesse d’un passage fluide des idées au développement.

Ainsi, mon ami a entamé aussitôt la construction de la feature minimale que nous avions définis ensemble. La semaine suivante, cette dernière était livrée :

Tests utilisateur 🎵

Reprenons. Vision ⇒ Positionnement ⇒ Idées de parcours ⇒ Fonctionnalité ⇒ Dev ⇒ …. il restait plus qu’à savoir ce que les utilisateurs en pensaient.

Grâce aux outils adaptés (voir partie outils plus bas), en un jour nous avons booké 20 rendez-vous avec des proches susceptibles d’être intéressées par Festview. Pourquoi 20 ? La théorie dit qu' »entre 20 et 30 entretiens sont nécessaires avant d’être capable de savoir à l’avance ce que vont dire les utilisateurs à propos du produit. Une fois que c’est le cas, c’est qu’il n’y a plus rien à apprendre, et qu’on peut se mettre au travail.« (Ash Maurya – Running Lean)

J’ai préparé un script d’entretien, comme le suggère la méthode. Avec une intro, des questions et une conclusion. La répétition schématique du même script à chaque interview favorise la détection des propos intéressants des utilisateurs. J’ai également préparé des outils permettant de réceptionner correctement toute la masse d’informations que nous allions recevoir.

Le contenu du test utilisateur était relativement libre. Voici ce que nous souhaitions obtenir :

  • un ressenti général de l’utilisateur sur le concept. Que pensait-il de l’articulation entre encyclopédie, recherche de contenu, contribution, points, récompenses,…)
  • un ressenti sur la fluidité de la navigation
  • une détection des bugs les plus récurrents et les plus embêtants

Pour obtenir ces informations, nous avons opté pour une navigation semi-guidée. L’utilisateur était libre de ses mouvements sur l’app, et racontait à voix-haute ce qui lui passait par la tête, et de temps en temps, nous demandions d’aller spécifiquement sur une fonctionnalité pour compléter l’expérience.

Nous lançâmes, donc, cette série d’entretiens.

A la fin de chacun des 5 premiers entretiens, nous prenions toujours un court moment avec le fondateur sur notre méthodologie, afin d’affiner le script. Et au terme de chaque jour de travail nous débriefions des apprentissages majeurs de la journée.

Au bout de 5 à 8 entretiens, nous avions déjà détecté le plus gros problème à corriger.

Au bout de 15, ce problème devenait aussi visible que le nez au milieu de la figure.

Au bout de 21 (oui nous en avions fait un p’tit dernier pour la route), nous mourrions d’envie de passer à l’étape d’après pour régler ce soucis qui avait concerné 100% des utilisateurs.

Débrief des interviews 🎵

« Je ne comprends pas trop comment ça fonctionne »

Voilà, le problème c’est que les utilisateurs, ne comprennent pas immédiatement le fonctionnement général de l’application. [je reprends la narration au présent, car c’est là où nous en sommes !] Les différents verbatims que nous avons récoltés à ce sujet ressemblent à cela :

  • [depuis la page d’accueil, dès les premières secondes] « Okaaay, donc là je vais lancer une recherche, mais je ne sais pas tellement ce que ça va donner. Mais c’est beau en tout cas ! »
  • [depuis la page d’un artiste, après quelques secondes de navigation] « Hmm… en fait je crois que j’ai pas trop compris le système de points. Je suis content de voir qu’il y a des contributeurs et que c’est participatif, mais je ne sais pas comment faire pour en gagner moi aussi« 
  • [depuis la page des récompenses, après plusieurs minutes de navigation] « Aaaaah d’accoord, donc en fait on créé des pages, on gagne des points et ensuite on peut échanger contre des récompenses… ça marche ! Mais c’est trop bien ! Pourquoi vous ne le dites pas dès le début ?« 

Ce sont des retours très encourageants : les utilisateurs ont systématiquement approuvé le concept et donné des feedbacks spontanés très riches sur ce qu’ils trouvaient de positif dans l’application. Il faut simplement mieux mettre en avant notre parcours clé. Il faut plonger l’utilisateur dans ce parcours clé dès sa première visite, dès ses premières secondes de navigation, pour lui faire comprendre et apprécier tout le projet de Festview en quelques manipulations.

Je décrirai précisément le projet de feature que nous avons élaboré grâce à ces retours dans les épisodes à venir. Pour la fin de cet opus je préfère terminer de détailler la fin de la méthode de récolte de feedbacks, très importante pour la suite.

En tout et pour tout, nous avons récolté 104 insights différents avec ces tests. Par 104 insights, il faut comprendre 104 remarques différentes qui ont été formulées sur Festview. Par exemple, les 21 utilisateurs qui ont chacun dit « le positionnement de l’app n’est pas clair pour moi dès la page d’accueil« , cela ne compte que pour 1 insight.

Naturellement, un insight qui a été formulé par plusieurs utilisateurs paraît plus important qu’un insight qui n’a été mentionné qu’une seule fois.

Grille de User Impact Score 🎵

Mais, pour être précis dans la priorisation, chaque insight doit être pondéré avec un User Impact Score. C’est-à-dire qu’il faut prendre en compte l’importance qu’avait cet insight pour l’utilisateur qui l’a formulé. C’est nécessaire car si tous les insights avaient le même poids, on pourrait se retrouver avec des incohérences comme :

"Je trouve que la couleur du bouton ne va pas avec le reste" x 21 utilisateurs

↓ a le même poids que ↑

"Je ne peux pas créer la page d'un artiste car le formulaire ne fonctionne pas" x 21 utilisateurs

Dans la majorité des cas on souhaitera donner un poids total plus important au second insight de cet exemple. L’utilisateur semble bloqué dans sa tâche, contrairement au premier insight, où il semblerait qu’il ne s’agisse que d’une préoccupation esthétique.

Pour arranger cela, on va donc multiplier par un score allant de 0 à 3 à chaque fois que l’utilisateur mentionne un bug ou une suggestion d’amélioration, en suivant cette grille :

En appliquant cette grille à l’exemple utilisé plus haut on obtiendrait :

« Je trouve que la couleur du bouton ne va pas avec le reste » x 21 x 1 = 21 points

« Je ne peux pas créer la page d’un artiste car le formulaire ne fonctionne pas » x 21 x 3 = 63 points

Il faut noter que tous les utilisateurs n’ont pas le même regard sur les problèmes qu’ils rencontrent. Certains ont par exemple des exigences particulières en termes de graphisme, tandis que d’autres seront davantage dérangés par la syntaxe ou la fluidité de la navigation. Il faudra donc être capable de mettre en avant ces différences de perception, comme dans ce nouvel exemple :

« Les artistes ne sont pas triés par ordre alphabétique » a été dit par 14 utilisateurs au total.

Pour 7 d’entre eux, c’était très dérangeant. Pour 5 autres, ce n’était pas grave. Enfin, les 2 derniers ont dit que ça pourrait aller, si seulement le tri était aléatoire, sans être surs que ça leur plairait.

Poids total de l’insight = (7 x 2) + (5 x 1) + (2 x 0) = 19 points

Pour Festview, nous avons terminé la phase de tri et de priorisation avec un user impact score total de 620 points pour l’ensemble des 104 insights relevés.

Tri des insights 🎵

Dans ProductBoard, nous avons ensuite rattaché chaque insight à des projets d’amélioration. Ces projets sont découpés :

  • …en plusieurs composants (components)
  • …chaque composants est découpé en fonctionnalités (features)
  • …chaque fonctionnalité est éventuellement découpée en sous-fonctionnalités (sub-features)

🟥Components : 11

🔴Features : 104

🔺Sub-features : 17

Les components sont triés de bas en haut selon leur poids. C’est grâce à ce tri qu’on identifie les projets de développement prioritaires.

Mais quels sont ceux qu’il faut commencer à traiter dès aujourd’hui ? Quels sont ceux qu’il faut remettre à plus tard ?

Combien peut-on en traiter simultanément ? Et pendant combien de temps ?

Prendre trop d’items simultanément pourrait s’avérer contre-productif. Et en prendre trop peu pourrait retarder la date de la prochaine version du produit…

Conclusion 🎵

Vision ⇒ Positionnement ⇒ Idées de parcours ⇒ Fonctionnalité minimale ⇒ Développement ⇒ Test ⇒ Pondération et tri des insights ⇒ [priorisation]

Ce parcours de product management quasi-scolaire établit un cadre méthodologique très saint : grâce à cette méthode, on acquiert chaque jour un peu plus de certitudes quant aux choix que nous faisons et pourquoi nous les faisons.
Dans cette partie, nous avons vu comment faire ressortir des idées d’améliorations sur le parcours clé, suite aux retours des utilisateurs. 104 idées qu’il est impossible de traiter simultanément. Il faut donc désormais prioriser.

Dans le prochain opus, 3 – Définir les objectifs stratégiques de Festview, nous verrons comment ce travail de recherche auprès des utilisateurs vient s’articuler avec l’avancement général du projet. Comment l’équipe définit un panels d’objectifs à atteindre pour un temps donné. Car c’est grâce à ces objectifs qu’elle pourra sélectionner un nombre correct d’items à délivrer pour l’application de manière à servir ces objectifs. On passera notamment par la méthodes des Objectives and Key Results – OKRs.

Outils

Comme promis, voici les outils utilisés dans cette phase de définition du parcours clé puis de recherche utilisateur.

  • Atelier story mapping : Miro, permet manipuler des post-its, à distance s’il le faut. L’outil dispose même de templates pour ce type de travaux
  • Booking des interviews : Calendly, permet de déclarer des disponibilités dans un calendrier et de laisser son contact choisir le moment qu’il préfère parmi ces disponibilités
  • Trame des interviews : Google Form. On ne le présente plus. Pour les questionnaires quanti directement remplis par les utilisateurs, j’aurais utilisé Typeform, bien plus classe
  • Visio avec les ßeta-testeurs : Whereby. Ancien appear.in, on ne peut pas faire plus simple : le site génère un lien, les utilisateurs qui cliquent sur ce lien se retrouvent dans la même pièce virtuelle en visio.
  • Report, pondération et tri des insights : ProductBoard. C’est le seul outil de gestion des insights que j’ai utilisé jusqu’à présent, je le trouve parfait. A l’exception de son prix, trop élevé après l’expiration du mois gratuit : 49$/mois/user. Sachant que pour un projet qui démarre, on n’utilise pas ce genre d’outils tous les jours après une phase de recherche. On peut cependant utiliser la version gratuite et exporter tout le contenu avant qu’elle n’expire.

#1 – 🔭 Consolider la vision de Festview

[Ce billet est le 1er volet de la Saga Festview – Mettre en ligne un Wikipédia de la musique]

Dans l’épisode introductif précédent, on a vu que :

  • Festview est un produit très ambitieux porté par un entrepreneur passionné de musique, un de mes meilleurs copains
  • La version ßeta qu’il a développée lui-même est élaborée, belle et fonctionnelle
  • Des zones d’ombres demeurent quant à son positionnement, ses fonctionnalités clés, ou ses différents types d’utilisateurs
  • Ces zones d’ombre bloquent le lancement de la v1 de l’application

Dans ce contexte, l’objectif est de déterminer quand et comment lancer la première version de Festview au grand public, en confiance. Et dans cet opus, je vais vous raconter pourquoi et comment nous avons commencé par consolider la vision du projet.

Don’t know why 🎵

Une conversation avec le CEO m’avait fait comprendre qu’il voulait procéder prochainement à son lancement. Il fallait finaliser la version ßeta en trouvant les ultimes corrections/améliorations/fonctionnalités qui allaient légitimer la fameuse v1.

A cette époque là j’avais déjà passé un peu de temps sur Festview, mais pas suffisamment pour me sentir capable d’aider. J’ai donc entamé une session détaillée de navigation sur le site pour apprendre à bien le connaitre et cibler les forces et faiblesses de l’app. A la fin je souhaitais donner une bonne poignée de suggestions d’améliorations majeures.

Mais un premier problème s’est présenté lors de cette session exploratoire : je n’ai pas compris ce qui était attendu de moi sur l’interface. Je ne savais pas ce que je faisais là. Pourtant, je voyais des boutons qui m’indiquaient des tâches à faire… Mais je ne comprenais pas le but.

https://s3-us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/b9355f56-3313-4e1a-963b-c15f188f387d/LandingPage_2019-11-21_at_13.51_1.png

Alors j’ai cherché à relire/re-comprendre le projet général de l’application. Je voulais me familiariser avec le but premier de Festview. Avec sa raison d’être. Je crois qu’en prenant connaissance de la vision d’un projet, on comprend mieux ce qui est attendu de l’utilisation du produit. Et donc, on repère mieux les décalages qui résident dans l’expérience utilisateur entre :

A. La vision du projet, ce que le produit devrait me faire faire

↑↓

B. Ce que le produit me fait faire en réalité

C’est donc essentiel pour prodiguer des conseils pertinents. Mais, deuxième problème : je ne trouvai rien sur le site. Je me tournai alors vers le fondateur pour obtenir des ressources, mais il n’en existait pas. Pas de vision rédigée et argumentée permettant d’expliquer la raison d’être de Festview.

Words Can’t Explain 🎵

Or c’est un sujet à prendre très au sérieux. J’étais tombé par hasard sur ce texte de Brian Tracy quelques jours avant, s’exprimant sur la Confiance en Soi à travers un parallèle corporate :

https://s3-us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/3b4077bf-577a-4b1f-b3ec-8689d1692cf7/Screenshot_2020-04-24_at_20.11.44.png

En synthèse : une boite a beaucoup plus de chance de réussir si elle pose noir sur blanc ses valeurs. C’est une manière d’exprimer ce que l’on a au fond de soi. Certains professionnels en ont même fait leur cheval de bataille, Simon Sinek en tête de file, urgeant les entreprises à trouver et exprimer leur « WHY ».

Et sans même besoin de mentionner trop de resources théoriques. Durant mes 3 précédentes expériences pro, j’ai senti l’impact de la présence d’une vision formulée et partagée au sein d’une équipe. D’ailleurs, de ces expériences, j’ai retenu qu’une vision revêt toujours les mêmes paramètres principaux. Et jouant sur ces paramètres, on augmente son efficacité. Voici, selon moi, les 6 paramètres majeurs d’une vision efficace qu’il faut avoir en tête lorsqu’on y travaille :

J’ai fait quelques recherches pour trouver des exemples de visions bien formulées avant d’en discuter avec le fondateur de Festview. Et j’ai adoré celles-ci, que je trouve particulièrement efficaces :

  • 🖥 Microsoft, à ses débuts : A computer on every desk and in every home.
  • 🚙 Tesla : To accelerate the world’s transition to sustainable energy.
  • 🚕 Uber : Uber is evolving the way the world moves. By seamlessly connecting riders to drivers through our apps, we make cities more accessible, opening up more possibilities for riders and more business for drivers.
  • 🌳 Greenpeace : Greenpeace is an independent campaigning organisation, which uses non-violent, creative confrontation to expose global environmental problems, and to force the solutions which are essential to a green and peaceful future. (Lol)
  • 🧳 Trip Advisor : To help people around the world plan and have the perfect trip.

Pour Festview le travail était déjà bien avancé ; le fondateur avait déjà des idées bien faites et une passion pour la musique toujours aussi dévorantes.
Le travail allait alors consister à consolider les bribes de vision qu’il m’avait transmises, en une seule vision écrite, claire et argumentée.

Pour être exact, nous avons rédigé une Plateforme de Marque. C’est un ensemble plus large qui décrit l’identité de l’entreprise. Concrètement, c’est un récapitulatif de : sa vision, sa mission, ses cibles, sa promesse, ses valeurs et sa personnalité. Oui, ça fait pas mal de termes légèrement fumeux quand on parle d’un business. Et il faut admettre que l’exercice de rédaction de tous ces éléments peut être un peu long et pénible. Nous avons donc fait du custom, pour rester légers et prendre du plaisir dans l’exercice.

Give me the night 🎵

Notre atelier a duré 2h. Une longue et passionnante conversation qui s’est conduite à l’aide d’une trame que j’avais construite et pré-remplie grâce aux inputs du fondateur, autour de ces 3 catégories :

  • Vision du projet
    • Approche historique de la musique en tant qu’art et industrie : où en est-on aujourd’hui ?
    • Quel problème de ce contexte souhaite-t-on adresser ?
  • Promesse & Produit
    • A quels publics s’adresse-t-on ?
    • Qu’est-ce que notre action leur apporte ?
  • Business model
    • Comment envisageons-nous d’être rentable ?

J’ai trouvé cet atelier GE-NIAL ! Passionné et passionnant !

Je résumerais les bénéfices de cette session de travail ainsi :

  • Un gain immédiat de confiance en Festview. Formuler la vision eut l’air aussi puissant qu’écrire une prophétie. Comme si, désormais, l’avenir ne pouvait plus être autrement. « Ça m’a fait du bien de voir que le projet avait encore du sens, avec une personne se sentant aussi impliquée tant sur le plan de la musique que sur le plan professionnel. Ça soulage énormément et ça te remotive à bloque » raconte mon ami.
  • Une cohésion de groupe très solide. Bon okay, quand on est 2 ce n’est pas compliqué ! Mais quand même. C’est bon de sentir que l’autre a la même façon de voir le présent et l’avenir.
  • Des idées nouvelles. Ce jour-là, nous avons notamment figé un élément clé des aspects de la relation avec nos utilisateurs. Un angle qui nous a boosté, tant on est convaincu de sa pertinence : « Donne à la musique, elle te le rendra bien. » Nous avons notamment validé à ce moment là que les contributeurs de l’encyclopédie musicale pourraient obtenir des cadeaux liés à la musique grâce aux points gagnés. Des places de concert. Des abonnements à Spotify. Des réductions sur des guitares ou des synthétiseurs… Le fondateur : « j’ai apprecié l’exercice parce qu’il m’a amené à sortir de ma bulle de réflexion et de redéfinir clairement l’objectif principal à atteindre (système de récompenses) ainsi que l’image qu’on souhaite faire ressortir« 

Pour être concret, voici en 3 images, l’output de cet atelier :

Pour les puristes, ce n’est pas une copie conforme d’une Plateforme de Marque, by-the-book. Nous avons mélangé plusieurs notions. Mais bon. Nous étions très à l’aise avec ces quelques paragraphes à la fin de la session, et selon moi c’est le principal.

Suffisamment à l’aise, en tout cas, pour que nous publions la partie Vision sur le site, dès la semaine suivante !

Reprenons les critères d’une vision efficace et voyons si nous les avons remplis. Cette vision est-elle…:

  • …sincère ? ✅ On ne peut pas faire mieux je pense. On avait des papillons dans le ventre à la fin de la matinée.
  • co-construite ? ✅ Le fondateur m’avait partagé ses idées, j’étais revenu avec une proposition, nous avons tout synthétisé en un atelier.
  • argumentée ? ✅ L’essentiel est argumenté. Certaines choses méritent d’être vérifiées et sourcées pour gagner en puissance.
  • claire et concise ? 🟠 Claire oui, concise, bof. Quand on en sentira le besoin, on se reposera pour essayer de synthétiser tout ça encore mieux. Idéalement, en deux ou trois phrases maximum.
  • partagée en interne ? ✅ Le seul salarié est au courant 😉
  • partagée à l’externe ? ✅ C’est publié et bien visible depuis la page d’accueil du site.

Pour la suite, nous comptons reprendre ce texte de temps à autre pour mettre à jour les données. Pour que les mots sonnent toujours justes et alignés avec notre positionnement. Il faut retenir que c’est un outil vivant qui suit le parcours de l’entreprise.

Je recommande vivement cet atelier sur la Plateforme de marque / vision. Ce sont 2h bien investies qui devraient améliorer l’alignement et l’engagement de ceux qui y participent.

Un petit conseil : ne pas s’imposer trop de rigueur sur la méthodologie ou l’output. Laisser son équipe prendre du plaisir dans la création d’un tel livrable est essentiel.

Et pour les outils, je recommande :

  • Miro, pour préparer un terrain de jeu visuel facile à manipuler le jour de l’atelier
  • Notion, pour une rédaction finale épurée

[le prochain opus 2. Définir et tester le parcours clé de Festview, porte sur la question fondamentale que doit se poser un product manager : Quel est le parcours clé de mon produit ? ]

Ressources :

Festview Saga 🎵 – Mettre en ligne un Wikipédia de la musique (en mieux)

Un de mes meilleurs amis travaille depuis 2 ans sur le développement d’un Wikipédia de la musique, mais en mieux. Un projet énorme. On bosse ensemble depuis janvier pour lancer la Version 1.0 de son application ; on s’amuse comme des p’tits fous et on produit des choses intéressantes.
Je vais prendre quelques chapitres pour en parler, cela intéressera principalement : les professionnels qui travaillent dans le management de produit ; notre entourage qui suit les aventures de l’application – aka Festview ; et puis ceux qui se sont justes perdus alors qu’ils cherchaient un article court et concis.

I want my MTV 🎵

Lui, c’est un dingue de rock progressif depuis qu’il est tout petit – Pink Floyd, Led Zep‘, Clapton… – et plus généralement, il a toujours porté une attention folle à ce qu’il écoutait. Pour vous dire, la légende dit qu’il a même réussi à éviter Deeeeeeespaaacito de Luis Fonsi, et qu’il n’aurait encore jamais entendu la fameuse mélodie (NB : 6,7 Milliards de vues sur Youtube à l’heure où j’écris)
(NB2 : il vient de relire mon texte et me dit « Mec, j’ai fini par l’entendre Despacito 😕 » Bon… il a tenu longtemps quoi).

C’est donc tout naturellement qu’en 2018, il imagine une plateforme aussi exigeante que sa passion de mélomane : une encyclopédie musicale participative.
Un outil capable d’afficher les liens historiques entre The Beatles, Cream et les The Yardbirds. Un moyen de dire au monde quel modèle de guitare utilise Santana. Ou de révéler que, OUI, c’est bien Yoko Ono qui a mis le bazar dans la relation entre John Lennon, George Harrison et consorts…
Et pour aller plus loin il s’est dit que ce devrait être un outil ouvert, participatif, qui laisserait chacun déverser son savoir musical. Quel que soit le genre, l’instrument ou le pays. Comme Wikipédia, donc, mais uniquement pour la musique et plus riche en termes d’interactions : avec des vidéos, des images, des musiques…

A cette époque il sortait de business school ; et sa formation ne lui avait pas transmis de connaissances nécessaires au développement d’une telle app. De plus, il faut savoir qu’on a peu d’occasions de se faire des copains développeurs dans ce milieu-là. Il a donc pris le taureau par les cornes et s’est lancé dans le dev de sa plateforme. Solo !

https://www.fest-view.com/

Deux ans plus tard : Festview est bien là. En version ßeta. Avec des pages permettant de consulter des informations sur des artistes, des lieux et des événements. On peut créer son compte et remplir des formulaires pour contribuer. Il y a aussi une recherche et un système de points gagnés pour chaque contribution.
En tout, 17 fonctionnalités et sous-fonctionnalités. Dans un design aguicheur. Vraiment costaud.
A ce stade, il faut bien s’imaginer la ténacité que cela demande de construire un site pareil quand, à la base, on a été formé à l’analyse financière.

Le revers de la médaille : la concentration qu’a demandé le codage de Festview l’a mécaniquement écarté de quelques aspects du développement de sa boite… Le nez dans le code, on ne peut pas être sur tous les fronts. Et, en janvier 2020, une grande question reste sans réponse :

Quand et comment la première version de l’application sera-t-elle lancée pour le grand public ?

Avec ce grand point d’interrogation vient une palanquée de zones d’ombre angoissantes :

  • Quels bugs faut-il résoudre avant de lancer la v1 ?
  • Quelles sont les fonctionnalités clés sur lesquelles il faut miser ?
  • Et puis, qui sont exactement les utilisateurs à qui on veut s’adresser ?
  • En fait, qu’est-ce qu’ils en pensent les utilisateurs du concept ?
  • Mais d’ailleurs, c’est quoi exactement le concept ?

C’est là que j’entre en piste. [voix de guru qui vend des formations en ligne] « Et j’ai trouvé LA solution ! On a TOUT résolu en UNE APREM ! Et je vais te dire COMMENT !« 

Mdr. Pas vraiment.

Ça fait 4 mois, dont 10 jours d’accompagnement et là on commence à peu près à voir où on va.

God’s Plan 🎵

Au moment où j’écris, nous avons travaillé sur 6 volets pour répondre à la question : Quand et comment lancer la première version de Festview ? Chacun de ces volets va faire l’objet d’un chapitre. Voici donc le sommaire de cette saga :

  1. 🔭 Consolider la vision de Festview
  2. 🕵🏻‍♂️ Définir et tester le parcours clé de Festview
  3. 🎯 Définir des objectifs stratégiques pour Festview
  4. 🛠 Cadrage méthodologique léger sur le delivery
  5. 🖌 Appui sur les réflexions UX et production de designs pour les User Stories
  6. 🧪 Dialogue avec une communauté précieuse de ßeta-testeurs

Les professionnels du management de projets digitaux se rendront compte ici qu’on se rapproche d’une méthodologie by-the-book. Elle reprend des approches de Lean Management, de développement agile, SCRUM, Kanban… J’ai 5 ans d’expérience pro et je n’imaginais pas que repasser par ces basiques là me ferait autant de bien.

Dans chaque chapitre et, sans artifices, je vous présenterai : (1) la problématique qui se posait à nous, (2) puis le travail que nous avons mené pour la résoudre, et enfin (3) les outils que nous avons employés. Si possible, j’enrichirai le récit avec les livrables que nous avons produits à ce moment là.

Prélude: le coeur battant et des courbatures 🎵

« Il faut reprendre l’expérience utilisateur. Depuis le début. »
« Et définir des profils d’utilisateurs. »
« Attend non, il n’y a même pas de méthodo agile, on va d’abord faire ça. »
« Non, je sais : il faut des objectifs clairs pour les prochains mois. Pour l’année même. Comme ça on est fixés ! Avec des indicateurs, tout ça… »
« Ce qui compte c’est le business, il faut démarcher des billetteries en ligne. Grosse campagne d’e-mailing, BIM! »
« Et puis il faut faire un événement de lancement aussi. BAM! »
« Haaa mais il y a ce bug aussi là… »

Ce dialogue là, c’est une représentation simplifiée de ce qu’il se passe, je crois, dans la tête de tout Product Manager lorsqu’il arrive dans ce genre de contexte. C’est vraiment à double tranchant : d’un côté une excitation provenant du grand nombre de questions très stimulantes auxquelles il faut répondre ; mais de l’autre, un risque de surchauffe. De vouloir tout résoudre, et trop vite. De s’emballer.

Je n’ai pas pris cette voie, pour trois raisons :

  1. Je l’ai déjà empruntée par le passé, et ce n’est agréable pour personne. Déjà pas pour soi, car on s’impose un rythme et une charge mentale trop importants. Et pour l’équipe en place non plus, car elle se sent défiée, bousculée au lieu de se sentir aidée.
  2. La posture de consultant indépendant impose de penser en continue à la satisfaction de son co-équipier, devenu client. Et puis, moi aussi, je suis un passionné de musique. Le projet me parle beaucoup. C’est ce genre de produit que j’ai toujours rêvé de bichonner.
  3. Notre relation amicale est précieuse ; notre relation professionnelle très jeune. La première ne devant surtout pas subir la seconde : il faut être vigilant.

En conclusion, mon état d’esprit à ce moment là c’est « On va y aller tranquillement, pas-à-pas ».

[la suite très bientôt, que je publierai aussi lentement que sortent les derniers épisodes du Bureau des Légendes – S5]

Pro goals for 2020 🎯

Happy New Yeaaaaar !! May 2020 bring you the best both in your personal and professional life 🥰

Here are few lines to have a look back on 2019 and talk about 2020. In mid-2019 I had my first official steps as a freelancer. Here are some major achievements that I’d like to sum up, as source of learnings and self motivation for next year!

Blogging’s so cooool

I launched this personal blog with a specific focus on music and tech related topics. 8 articles have driven 500 unique visitors. I had an amazing help from Product fellows and reader friends to improve both writing style, sourcing and argumentation, many thanks to you guys 🙏🏻.

As a short feedback, I confirmed this year that blogging is an amazing source of professional and personal new inputs. An amazing source of learning. It helps structuring your thoughts and your professional positioning. Even if readers don’t show: go for it, write and post. You’ll see what it brings later.

🎯I will write at least 2 times more article next year. In the same editorial style, I will try to dig deep into product, go-to-market and design issues related to music apps, softwares and devices.

I will also increase the pace of small publications to give you relevant and up-to-date piece of information around music-tech news. I will try to cover both major industry actors (Spotify, Soundcloud, Deezer, Pandora, Resident Advisor,…) and minor emergent products or trends (Soundtrap, Kraze, podcasts, Beat2beat,…).

Product Management

I got involved in the development process of 4 digital products:

  • Wookyhome.com: find amazing places to work for your team and enhance well being at work.
  • Fest-view.com: contribute to the greatest music encyclopedia and get rewarded with music products.
  • Kraze.fr: find the electronic music party that suits you the best in your city.
  • Appaloosa.io: deploy your mobile apps onto your employees device in a BYOD strategy.

My help on these projects had different angles. For some, the priority is to shape the vision and the business model. For some, the priority is to think a smart and cost-efficient go-to-market. For others, what I helped enhance the user understanding, the experience or the interface. And finally, some teams had me working on the agile delivery process itself.

🎯I hope that all these products will reach their business and experience targets in 2020.
My goal is to continue working on 3 to 5 running projects, focusing on industries that I love.

Design

I designed 3 logos for 3 beautiful environmental projects: Speaker4Earth, Coach4Earth, Business4Earth. They allow professionals to plant trees each time the work for their client. Collaboration was perfect, and projects are now starting really great.

🎯Plan for 2020 is to work a little more on design missions.
I would love to help other starting or growing business in the music or environment industry to communicate with efficient and modern materials.

Remote working

Finally, 2019 has been, for me, the discovery of the remote working world. I’ve spent 5 months working remotely from Germany 🇩🇪 (Hamburg 🥰), 1 month in France 🇫🇷 (Paris and Biarritz), a few weeks in Brazil 🇧🇷(Rio, Sao Paulo and Ilha Grande).

🎯I did it both as freelancer and fulltime team member. In 2020 I have 2 goals regarding this matter:

  • Spread the word and the best practices/tips around me. If you or your team want a feedback around that, knock here 😉
  • Continue working from the places that I love around the world 🌎

Apprenticeship in a startup: 4️⃣ reasons to take the plunge

After one year spent into a startup as an apprentice, I would like to share my point of view about the « apprenticeship startup experience ».

This morning I read an astonishing article, again. One of those articles made in Silicon Valley: « Neuralink, Elon Musk’s project to enhance our brains ». Wow! What a title! An incredible project, carried by an incredible entrepreneur, to solve an incredible issue… 

And this is no bluff. Okay, the media and the atmosphere in tech world can lead us to this « futurologist hype ». They all write about transhumants, crypto-currencies, space conquest. But there’s a solid truth behind all that: there are true men and women in this world that think the future of humanity. Going as fast as the imagination of novelists. 

Résultat de recherche d'images pour "neuralink"
Elon Musk, pitching Neuralink

I’ve always been deeply admirative and passionate by these challenges to the unknown. This is an adventure. Really inspiring. Before I finish my studies, I had promised myself to become an insider of these companies that shape the world’s future. 

So when I was looking for an apprenticeship last year, it was this spirit of pioneering, ambitiousness and adventure that was attracting me. 

I followed three of my school friends into a startup carrying a strong and ambitious social project. In a word, the thing was called Skilvioo and its project was to put more meaning within the work-education system for men and women

Today, after more than one year spent into a startup as an apprentice, I would like to share, in this article, my point of view about this not-known-so-well « apprenticeship startup experience ».

Can someone tell me where we’re heading to?

#TheTarget?

Skilvioo was launched in 2012 and had a first mission of streamlining relations between work-education system operators. Big thing. 

After a very short time in the company I realized that with our innovating approach, we aimed at digitalizing processes of many different types of organizations: universities, business schools, engineering schools, Pôle Emploi, recruiting departments and companies,… I couldn’t count them all. And we had the same number of different types of professionals to talk to.

So in ou daily work, there were a lot of discussions about WHO EXACTLY were our first target. Hard to find a single unanime answer. 

#TheValueProposition?

Our app was kind of large and offered a set of many different features. So I focused on understanding ward exactly was each of these feature bringing to whom. Most of all I had this question in mind: what’s our most impacting value proposition? Would that be the skills matching? Or CV generator? Ha maybe our powerful search engine… hm… not sure.

#TheRevenueStream?

During the months that followed my arrival, I had many sales meetings with our customers and leads. And by crossing our notes within the team, we would realize that a client A would get a 5k€ proposal, whereas client B had already signed for 3k€ ; and what about client C to whom we already announced a budget of 8k€?

Sometimes it was annual recurring billing. Sometimes one shot. Sometimes monthly…

So what, even the revenu model was not set?

#TheChanels

« So I guess that we have preferred channel to communicate with our leads ? » Sponsored adds? Events? Emailing? Content strategy? What works the best since the beginning?… *complete silence in the meeting room* hm. So on that point again, no clear path to walk on.

Towards the definition of a startup

Alex Osterwalder’s business model canvas

When you are used to analyse businesses with the « Business Model Canvas » of Alex Osterwalder (below), this type of situation can become quite anxiety-provoking. The team realizes that very few things are 99% sure on the framework. All the rest were to be explored with more accuracy. 

Panic comes when you run into a wall of unknown parameters each time you try something.

Most of the time, the domain in which you’re adventuring is tied to other domains. Trigger a sales issue, end with a product deeper problem. Trigger a communication question, end with a cost and revenu headache.

Unsolved business model canvas of a startup

This is what’s called an unsolved market equation. 

And to me, this is what a startup is. Definition number one. 

A startup is a company that has not finished to solve its market equation.

You know you’re in a startup when daily routine is mined with uncertainty. When your business looks like a Mastermind game. When you dream about what could possibly 6 months from now with your colleagues during after works. It’s when your product team have their hand shaking before putting the last feature online. 

It’s deep uncertainty at pretty much every decision you take. Little or big.

« Would you tell that you’re experiencing what you were looking for ? » asked my apprenticeship tutor. 

« I did not expect such a mess, but I would definitely go for it again ! »

Without hesitation. 

4 learning levers for an apprentice in a startup

2. Empowerment

You say it, you own it. It’s the most powerful lever for learning. 

In a startup, it goes with the size of structure: an organization of 20 people navigating in the unknown has no choice but giving responsibility to all members. 

There are so many subjects to be explored. Deliverables to be produced. Identity points to be challenged. Content to be written. Features to be imagined. Data to be analyzed. There’s work for an entire army here!

And this must be done because company’s survival is at stake. 

For apprentices it means 4 things (in addition to hard work, for sure): 

  • Since nothing is really structured, the mere dashboard that you can produce is silver. The mere design of sales printed document that you can imagine is gold. The mere blog article that you can write is platine. And you can be sure that all these productions will not remain in a box, unused. Team will use it again and again, until better stuff is produced. So there truly is free space to create pretty much everything need by the company. 
  • As freshman in such a little structure, even if you’re « The trainee/apprentice », your added value is also into the company’s culture. First members of such small structures are key to define this culture. And this culture is key to the startup’s growing. 
  • Nobody is going to do the job for you. So it’s a good place to learn commitment, accountability and interpersonal communication skills. 
  • When you’re accountable for something, it makes it count double for your learnings. Failure and successes are much more powerful than if you had done the work for someone else’s accountability.
    About that, shortly: in a pedagogic stand, a skill is indeed remembered better by a person if he/she is in direct observation of the consequences of their actions – links to academic resources here and here.
    More: when you let them try new things, even if they make mistakes, it counts triple – here and there, academic resources.

2. Tempo

To reduce uncertainty over its market equation, a startup has to try a lot of things. Quickly.

On one hand, this can be pressurizing because exploration doesn’t always bring money. It brings knowledge that can lead to the money needed for the business. So dealing with short amount of time, team must keep a high pace of project management. 

On the other hand, it teaches the team not to lose focus on what’s essential for business. Without this focus, they start many things without always finishing them. I kept in mind a sentence of our CEO: « If you want to go forward: the Best is the enemy of the Good ». Meaning that spending hours on a topic to get it perfect is probably not a good idea when you have dozens of other tasks waiting in the queue.

3. Variety

Exploring many aspects of a startup’s business in a short time implies to get involved in very different domains. Communication, marketing, sales, development, product, Human Resources… Sure, everyone must hold their ground of accountability. But this one is very wide for each member of the team. 

The cliché of the « Swiss knife »intern/apprentice is true. And it’s a pity that people see it as a bad thing since Learning is the most important thing for a trainee. As such, you can easily have a good overview of the whole value stream that goes through the organisation. And as such, most important thing, a trainee better learns what they can and what they like to bring, to this value stream.

4. Agility

Finally, you can not talk about a startup without mentioning the Agile part. 

In a startup, agility seems like juggling with a business vision/mission in a hand, and the actual immediate needs of the addressed market in the other hand.

The vision comes to life with ideology, company’s culture, speeches, dreams and motivations. 

And needs comes to life with bug reports, feature demands, business negotiations, and planning. 

A very special skill set is required to address such a balanced combination of addressing both vision and needs: 

  • Knowing how to listen to the market. Eric Ries couldn’t say more « Life’s too short to build a product that nobody wants ».Market is often right.  
  • Knowing how to keep distance with market needs. Henry Ford couldn’t say more: « If I had asked people what they would need to enhance their travels, they would have answered « We need faster horses » ». How can you come up with the Car concept if you listen to your market too much ?
  • Knowing how to deliver high value to the market in short time. So that you can reduce quickly uncertainty over a topic. 

It’s been said so much that an extra time won’t hurt: our technological and economical world of 21st century is moving fast. And no organisation can deal with this pace on the long run if they don’t switch to agile project and product management. 

This is why I think learning these basics in a startup is a great opportunity for an apprentice. It’s a good time and energy investment for the future.

To sum it up

  1. Empowerment
  2. Tempo
  3. Variety
  4. Agility

So, ready to become an insider?

A lot of clichés about the startup experience are true. Uncertainty, intensity, risks, lack of solid framework/processes are totally part of the experience. I have been pushed behind my limits lots of times this year – not always comfy, nor pleasant. 

But the good part to be remembered lies into the intense learning of very useful skills. 

Hi to the bests: Der Don, Oscouille and Jaafouille – Zzzebarti!